Soutien de guerre ? La Russie a mis en orbite un satellite d’observation

Apoio à Guerra? Rússia colocou em órbita um satélite de observação

Apparemment pour soutenir la guerre, la Russie a placé un satellite d’observation iranien en orbite.

Ces derniers temps, la guerre a suivi une voie qui ne conduit certainement pas à des ententes de la part de la Russie et de l’Ukraine. Comme nous l’avons mentionné récemment, la centrale nucléaire de Zaporijia est devenue le sujet de la guerre en Ukraine, Moscou et Kiev s’accusant mutuellement.

Soutien de guerre ?  La Russie a mis en orbite un satellite d'observation

Le satellite Khayyam a été lancé à 10h52 (06h52 à Lisbonne)

La Russie a mis en orbite aujourd’hui un satellite d’observation iranien, qui, selon des sources militaires occidentales, pourrait être utilisé par le Kremlin pour soutenir l’invasion de l’Ukraine, une accusation que l’Iran nie.

Le lancement du satellite Khayyam, à l’aide d’une fusée Soyouz, a eu lieu à 10h52 (06h52 à Lisbonne), comme prévu, depuis la base russe de Baïkonour, au Kazakhstan, selon l’agence spatiale russe Roscosmos.

Environ neuf minutes après son lancement, le satellite iranien Khayyam a été mis en orbite. Yuri Borisov, chef de Roscosmos, a salué le lancement comme une « étape importante » dans la coopération entre Moscou et Téhéran.

Soutien de guerre ?  La Russie a mis en orbite un satellite d'observation

Le satellite, du nom du poète et érudit persan Omar Khayyam (1048-1131), vise à « surveiller les frontières du pays », améliorer la productivité agricole, contrôler les ressources en eau et les catastrophes naturelles, selon l’agence spatiale iranienne.

Le lancement du satellite Khayyam intervient au moment où des pourparlers sur le programme nucléaire iranien ont lieu dans la capitale autrichienne, Vienne, entre l’Iran, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Le satellite Khayyam a été lancé trois semaines après la visite du président russe Vladimir Poutine à Téhéran le 19 juillet.

En octobre 2005, la Russie avait déjà lancé le premier satellite iranien, Sina-1, depuis la base de Plesetsk, dans le nord-ouest de la Russie.

Les États-Unis ont accusé le programme spatial iranien d’être utilisé à des fins militaires plutôt que commerciales, tandis que Téhéran assure que ses activités aérospatiales sont pacifiques et conformes aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :