OMM : les températures extrêmes de 2022 montrent la nécessité d’agir davantage

World Meteorological Organization (WMO)

En été, nous assistons à des températures auxquelles nous n’étions pas habitués et, si ces mois vous semblaient lourds, préparez-vous, car, comme nous l’avons déjà vu, 2023 arrivera et ce sera encore pire. Si le National Weather Service au Royaume-Uni avait déjà laissé l’alerte, cette fois, l’alerte vient d’une autre entité.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a déjà averti qu’il était nécessaire de définir des mesures concrètes pour résoudre le problème.

Organisation météorologique mondiale (OMM)

Tenant compte des effets climatiques que le monde a connus et vécus, tout au long de l’année 2022, ainsi que de ses conséquences dévastatrices, l’OMM a publié une déclaration, dans laquelle elle met en garde sur la nécessité de prendre des mesures concrètes pour résoudre le problème.

Cette année, nous avons été confrontés à plusieurs catastrophes climatiques qui ont fait trop de morts et endommagé la santé, la nourriture, l’énergie, l’accès à l’eau potable et même les infrastructures. Un tiers du Pakistan a été inondé, avec des effets économiques dévastateurs et des pertes humaines ; des vagues de chaleur record en Chine, en Europe, en Amérique du Nord et du Sud ; la sécheresse sans fin dans la Corne de l’Afrique pourrait signifier une catastrophe humanitaire.

Le Secrétaire général de l’OMM a déclaré, ajoutant qu' »il est nécessaire d’accroître la préparation à de tels événements extrêmes et de veiller à ce que nous atteignions l’objectif des Nations Unies d’alertes précoces pour tous au cours des cinq prochaines années ».

Les avertissements se succèdent et les températures extrêmes continuent d’être dévastatrices

Comme nous l’avons déjà vu ici, le service météorologique national du Royaume-Uni a partagé que l’année prochaine apportera l’une des températures moyennes mondiales les plus élevées jamais enregistrées. Si en 2022 nous connaissons déjà des mois de chaleur (presque) insupportable, apparemment, 2023 sera une année encore pire, avec des conséquences touchant différentes régions de la planète.

Feu

Comme le rappelle Hipertextual, 2023 sera la 10e année consécutive où les températures seront, en moyenne, au moins un degré au-dessus de la moyenne préindustrielle. Cette augmentation, bien qu’apparemment résiduelle, se traduit par des incendies de forêt massifs, des vagues de chaleur et des sécheresses généralisées dans diverses régions du globe.

Le temps extrêmement chaud provoque des déséquilibres qui sont également enregistrés en hiver. Des chutes de neige là où elles ne devraient pas être, des températures extrêmement froides et des tempêtes qui laissent une traînée de dégâts.

La chaleur que nous allons ressentir en 2023 sera due à deux raisons : la fin du cycle La Niña, qui tend à se traduire par une baisse des températures à la surface de l’océan Pacifique ; et les émissions de gaz à effet de serre, qui devraient dépasser les records de 2022.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :