Nissan et Renault ensemble pour mieux rivaliser dans le secteur de la voiture électrique

Nissan et Renault ensemble pour mieux rivaliser dans le secteur de la voiture électrique

L’industrie de la voiture électrique est actuellement l’une des plus attractives pour les marques automobiles. Non seulement parce que c’est l’un des moyens pour le monde d’atteindre les objectifs climatiques définis, mais c’est aussi de plus en plus le premier choix des consommateurs.

En ce sens, les informations les plus récentes indiquent que Nissan et Renault sont en pourparlers pour mieux se concurrencer dans le secteur électrique. En tant que deux des marques les plus connues des automobilistes, de grands projets sont certainement attendus de ce partenariat.

Nissan et Renault ensemble pour mieux rivaliser dans le secteur

Nissan et Renault se concentrent sur de meilleures voitures électriques

Selon les informations fournies par Reuters, Nissan Motor Co. et Renault SA sont en négociation dans le but de renouveler leur alliance et de se concentrer sur le renforcement de la compétitivité et la valorisation de leurs investissements dans le secteur de la voiture électrique. Les détails indiquent que la date limite pour parvenir ou non à un accord effectif est le 15 novembre.

Makoto Uchida, PDG de Nissan, n’a pas commenté la possibilité d’un accord plus tard ce mois-ci, mais a déclaré qu’il était en pourparlers avec Luca de Meo, PDG de Renault, chaque week-end et que les discussions avaient « continuité pour l’avenir« Cependant, certaines personnes familières avec les négociations ont déclaré que le partage de la technologie était l’un des problèmes qui ont suscité la discorde.

Renault

Uchida a déclaré que l’objectif était d’améliorer la capacité des fabricants à être compétitifs sur ce marché, à une époque d’incertitude économique et alors que l’industrie s’engage sur une voie que le PDG a décrite comme la plus grande transformation du siècle avec le passage aux véhicules électriques. « La discussion que nous avons eue porte sur la manière de rendre notre compétitivité encore plus forte« , a souligné Uchida dans une interview à Reuters ce vendredi (3).

Une autre partie du désaccord porte sur la part que chaque marque détient dans l’autre, puisque Renault détient 43 % de Nissan, alors que l’inverse n’est que de 15 %. Par conséquent, des sources familières affirment que les deux parties envisagent une réduction de la participation de la marque française, potentiellement également à 15 %. Le PDG de Nissan ajoute que «un partenariat à parts égales aurait du sens et accélérerait encore la collaboration« .

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :