L’UE veut des centres de données dans l’espace pour réduire l’impact environnemental sur Terre

UE quer data centers no espaço para reduzir o impacto ambiental na Terra

Les défis pour rendre la planète plus durable… ou plutôt, les actions plus durables de l’humanité pour que la planète languisse, sont innombrables et ces dernières semaines ont été un sujet très débattu en raison de la COP 27, la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique. En ce sens, compte tenu de l’impact des centres de données sur l’environnement, la Commission européenne souhaite les mettre en orbite.

Projet encore balbutiant, la Commission a créé le programme ASCEND – Advanced Space Cloud for European Net zero emission and Data souveraineté – pour étudier la faisabilité de cette solution.

L'UE veut des centres de données dans l'espace pour réduire l'impact environnemental sur Terre

Les centres de données situés en Europe sont responsables de la consommation de 2,7 % de l’électricité produite et il est prévu que, d’ici 2030, cette consommation passera à 3,1 %. De plus, près de 40 % de cette énergie est consommée par les systèmes de refroidissement.

De plus, ils sont responsables, selon les estimations, de 2 à 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, sans compter l’impact environnemental qu’ils ont sur d’autres territoires et la surconsommation d’eau associée.

Loin des objectifs de neutralité carbone d’ici 2050, l’UE voit dans ce projet une aide essentielle.

L'UE veut des centres de données dans l'espace pour réduire l'impact environnemental sur Terre

Le projet ASCEND, Advanced Space Cloud for European Net zero emission and Data souveraineté, a été créé pour, dans une première phase, évaluer la faisabilité de placer des centres de données en orbite terrestre.

Thales Alenia Space, une joint-venture entre Thales et Leonardo, a été choisie par la Commission européenne pour mener l’étude de faisabilité ASCEND, dans le cadre du programme de recherche européen Horizon Europe. Ces travaux seront développés en collaboration avec des entreprises telles que Carbone 4, Orange, Hewlett Packard et Airbus.

En plus de se rendre compte de la viabilité de la mise en orbite des centres de données, l’impact de leur éventuel retrait du sol européen sera également évalué. Selon ce qui est avancé, cet impact prendra en compte la production et le lancement des installations dans l’espace.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :