La pluie de microplastiques ne provoque pas d’inondations, mais elle est réelle et inquiète les scientifiques

Chuva

Les microplastiques se révèlent lentement être un fléau : nous les avons vus dans le sel, au milieu de la neige, sur l’Everest, dans les tissus humains et même dans le sang. Maintenant, nous savons qu’ils sont vraiment partout, tombant sur nos têtes comme une pluie invisible.

Les scientifiques soulignent que les microplastiques sont inquiétants et nuisent à notre santé.

Pluie

Après les alertes à la sécheresse et le chaos lié aux incendies qui régissent les étés, du nord au sud, le Portugal a connu, ces derniers jours, des conditions de pluie presque extrêmes. Suite aux inondations, les Portugais subissent de lourdes pertes.

Si cette pluie a inquiété les citoyens, une autre, plus calme, a inquiété les scientifiques : celle des microplastiques qui, de manière invisible, infectent l’air qui nous entoure.

Les microplastiques tombent à nos pieds

Selon une nouvelle étude publiée dans Environmental Science and Technology et préparée par des scientifiques de l’Université d’Auckland, nous sommes continuellement inondés de minuscules fragments de plastique et, bien qu’ils soient invisibles à l’œil nu, ils peuvent nuire à notre santé.

Il convient de noter que cette prévalence de microplastiques dans l’air n’est pas le résultat de la pluie. Bien que les précipitations puissent les emporter, la réalité est qu’ils restent dans l’atmosphère et tombent lentement et se déposent sur les surfaces.

microplastiques

Les recherches menées par des scientifiques de l’Université d’Auckland ont pris en compte des échantillons prélevés sur deux toits à Auckland, en Nouvelle-Zélande, l’un dans un bâtiment universitaire et l’autre en banlieue. Les collectes ont révélé en moyenne 5 000 particules de microplastique par mètre carré, soit l’équivalent de 74 tonnes de plastique par an, soit 3 millions de bouteilles en plastique.

Les plastiques qui prédominaient dans les échantillons étaient le polyéthylène (PE), le polycarbonate (PC) et le polyéthylène téréphtalate (PET).

Plastique

Ces quantités sont considérablement plus élevées que celles trouvées à Londres, dans une étude similaire, réalisée en 2020. Bien que la ville anglaise soit plus polluée, à l’époque, une moyenne de 771 particules de microplastiques ont été trouvées par mètre carré.

La conclusion des scientifiques compte tenu de cette curieuse différence est que Londres devait avoir la même quantité de microplastiques, voire plus, mais les méthodes utilisées pour les quantifier n’étaient pas les mêmes. Après tout, la conception en microplastique est importante. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis d’Amérique, tout morceau de plastique de moins de 5 millimètres est considéré comme tel. Cependant, les mineurs sont plus difficiles à quantifier et, par conséquent, certaines études ne les considèrent pas.

Dans le cas de l’étude d’Auckland, la plupart des particules se situaient entre 10 et 50 micromètres, 3 % seulement étant supérieures à 100 micromètres. Dès lors, il est possible de dire qu’il s’agit d’une pluie invisible : on ne voit pas le plastique autour de nous, mais il est dans l’air. Soit dit en passant, ils ont déjà été trouvés dans le système respiratoire humain, mais l’impact sur notre santé n’a pas encore été suffisamment étudié.

À voir aussi :

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :