Greenpeace : Toyota est le constructeur le plus mal préparé pour l’électrique et la décarbonisation

Produção de híbridos na Toyota

Greenpeace East Asia a publié un nouveau rapport, basé sur les données de l’année dernière, qui donne un aperçu des performances des fabricants en termes de décarbonisation. De toutes les grandes marques, Toyota est la moins performante.

Face à ce scénario peu encourageant, l’organisme donne quelques conseils aux constructeurs pour améliorer leurs performances.

Production hybride chez Toyota

C’est la deuxième fois que Greenpeace East Asia publie le Guide environnemental de l’automobile. Dans ce rapport, basé sur les données de l’année dernière, il est possible de comprendre comment les principaux constructeurs automobiles se comportent vis-à-vis de la décarbonation et de la production de véhicules électriques.

Bien qu’il soit le leader mondial en matière d’hybrides et qu’Akio Toyoda ait présenté une série de prototypes de véhicules électriques signés Toyota et Lexus, le constructeur a le moins fait pour la mobilité sans émissions, selon Greenpeace.

Toyota s’est fixé un objectif de zéro émission d’ici 2050 et a défini qu’un tiers de ses ventes mondiales seront des véhicules électriques purs d’ici 2030. L’organisation le critique cependant, soulignant que le constructeur n’a pas d’objectifs de vente pour les véhicules électriques, pas encore. a décarboné sa chaîne d’approvisionnement et réduit la consommation et l’efficacité des ressources. Pour Greenpeace, le critère le plus significatif est le premier, donc les 0,18% de ventes de tramways pénalisent le score du constructeur qui a atteint 10 points sur 100. Aucun autre constructeur n’est allé plus loin qu’assez (50 points.)

Toyota

Avec Toyota, Honda a également enregistré des taux d’adoption électriques inférieurs à la moyenne. Bien que Nissan ait été l’un des constructeurs les plus importants de la dernière décennie, à cet égard, ses performances n’ont pas non plus été saluées par Greenpeace.

General Motors, Mercedes-Benz et Volkswagen sont les principaux constructeurs, avec Ford, Hyundai-Kia, Renault et Stellantis positionnés au milieu du tableau.

Tableau de bord de Greenpeace

En mai de cette année, on a vu que Honda, Nissan et Toyota étaient les moins préparés à la transition électrique, selon une étude aujourd’hui corroborée par le rapport de Greenpeace.

Les suggestions de Greenpeace aux industriels pour améliorer leurs scores

Afin d’améliorer leurs scores sur le tableau de bord élaboré par Greenpeace, les constructeurs doivent d’abord accélérer l’élimination de leurs modèles à combustion interne, y compris les hybrides, d’ici 2030 sur les marchés clés. En Europe, plus précisément, cet objectif devrait être fixé en 2028.

Ensuite, ils doivent promouvoir l’approvisionnement en énergie renouvelable ainsi que réduire la consommation de ressources naturelles, y compris la réutilisation et le recyclage. Par conséquent, ils devraient réduire leur impact global sur l’environnement.

Bien qu’admettant que ce n’est pas la solution la plus efficace, l’organisation convient que l’hydrogène vert doit être une ressource à utiliser.

hydrogène vert

Le troisième point listé par Greenpeace insiste sur la nécessité de garantir un approvisionnement durable en acier, qui nécessite des énergies renouvelables. Parallèlement, il conseille la réduction de la production de SUV car ils exigent plus de cet alliage.

Quatrièmement, l’organisation appelle à une transition électrique juste qui protège les travailleurs, et enfin, appelle à repenser le modèle de mobilité, en donnant la priorité au covoiturage, au vélo et à la marche, plutôt qu’aux transports entre hommes.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :