Ukraine : la Russie désespérée par les dégâts causés par les missiles américains HIMARS

Imagem dos mísseis M142 High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS) usados na Ucrânia

Les missiles américains HIMARS aux mains de l’armée ukrainienne font des ravages chez les militaires russes, qui désespèrent de l’inefficacité de leurs efforts pour les neutraliser. Cependant, il semble que les stratèges russes aient un nouveau plan.

Les Russes ont récemment perdu deux de leurs avions les plus avancés abattus par leurs propres défenses anti-aériennes alors qu’ils tentaient en vain de détruire des missiles américains modernes.

Image des missiles HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System) M142 utilisés en Ukraine

Ukraine : les HIMARS américains tuent les Russes

Malgré le fait que la guerre en Ukraine ne soit pas actuellement l’ouverture des journaux télévisés, cela ne signifie pas que le conflit s’améliore. C’est probablement encore pire que par le passé. Cependant, les Ukrainiens comptent désormais sur davantage de technologies fournies par l’Occident, en particulier les Américains. Plus précisément, le M142 High Mobility Artillery Rocket System (HIMARS) fait sauter les soldats russes.

Ces missiles, dont se servent habilement les Ukrainiens, se montrent extrêmement efficaces pour détruire d’innombrables entrepôts et infrastructures indispensables à la logistique des troupes de Vladimir Poutine. Une armée dépassée par son manque d’expérience et l’état archaïque de sa technologie militaire incapable de détruire les batteries américaines à longue portée, qui se déplacent rapidement après le tir pour ne pas devenir des cibles.

La solution de Poutine sera les attaques de drones « kamikazes »

Comme on l’a récemment signalé, l’armée russe a accru son utilisation de munitions destructrices, connues sous le nom de « drones kamikazes ». Ces armes, que l’Ukraine utilise avec grand succès pour se défendre contre l’invasion illégale brutale de son pays, offrent un avantage décisif sur les attaques avec des armes traditionnelles telles que l’artillerie, les avions conventionnels ou les missiles de croisière.

Selon le modèle, les drones kamikazes peuvent planer pendant des heures, survolant le terrain comme des oiseaux de proie à la recherche d’une victime. Associés à d’autres drones de reconnaissance, ils peuvent couvrir des zones relativement étendues et descendre sur la cible lorsqu’elle est détectée.

Image d'un drone kamikaze russe pour attaquer des batteries de missiles américains

Le Lancet-3 est la munition « kamikaze » la plus avancée de Russie et a déjà commencé à atteindre des cibles en Ukraine.

Cette technique permet d’économiser les étapes d’une attaque conventionnelle, qui nécessite de localiser l’ennemi, de se coordonner avec l’artillerie ou l’aviation, et de placer les armes nécessaires en position. Au moment où les forces russes seront prêtes à contre-attaquer, les batteries HIMARS auront disparu. D’où votre frustration.

Cependant, dans le cas des munitions guidées, l’arme est déjà en l’air. S’il localise une cible, un opérateur n’a qu’à ordonner l’attaque, comme le montre la vidéo ci-dessous :

Le drone utilisé par les troupes russes pour détruire ce camion transportant une pièce d’artillerie ukrainienne est un Lancet-3 modifié, équipé d’un explosif de cinq kilogrammes et d’une autonomie d’une heure.

De sérieuses limitations du côté russe

Selon l’analyste du Centre d’analyse navale (CNA) et expert russe en drones Samuel Bendett, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a récemment déclaré que le principal objectif russe pour le moment était d’éliminer les missiles et les armes d’artillerie à longue portée de l’Ukraine.

Pour y parvenir, dit Bendett, le seul moyen est d’utiliser ces drones kamikazes. Maintenant, s’ils peuvent mettre en œuvre ce plan « kamikaze », c’est une autre affaire. Il reste à voir si les drones d’attaque russes comme le Lancet-3 sont capables de faire leur travail ou si, comme cela a été démontré à maintes reprises au cours de ce conflit, ils ne sont qu’un autre échec militaire industriel russe.

Outre le manque de précision du matériel russe, il existe un autre problème. Il est peu probable que la Russie dispose des unités nécessaires de ces machines pour couvrir un vaste territoire suffisamment longtemps pour retirer l’une de ces batteries HIMARS à longue portée.

Le ministère de la Défense a déclaré hier qu’il voulait cette capacité, et je suis sûr que l’usine Kalachnikov est maintenant surchargée, mais la Russie a besoin de centaines de ces drones dans les airs pour avoir un impact contre les forces ukrainiennes.

Dit l’expert militaire, également conseiller du Center for the New American Security (CNAS).

Bien que l’usine de Kalachnikov puisse en fabriquer beaucoup mais pas les nécessaires, elle souffre également d’un autre problème. Ces équipements ont besoin de technologie (puces et pas seulement) de fabrication occidentale. Ces sanctions limitent sévèrement la production industrielle militaire russe.

1658520304 646 Ukraine la Russie desesperee par les degats causes par

Néanmoins, la Russie pourra compter sur le soutien iranien, en envoyant ses drones. Cependant, c’est plus que douteux. Pour l’instant et heureusement, la bataille contre les HIMARS américains – qui eux aussi ne cessent de croître en nombre – semble perdue pour l’instant.

C’est une raison pour un certain optimisme. Pourtant, Poutine poursuit sa conquête kilomètre après kilomètre, au prix très élevé en vies et en matériel militaire. Selon les rapports, il y a déjà des indications que la Russie semble se diriger vers un effondrement lent et inexorable de ses systèmes militaires. Et tout cela grâce, en grande partie, à ces batteries américaines à longue portée et au reste du soutien occidental.


Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :