Twitter est poursuivi ! Aurait licencié plus de femmes que d’hommes

Twitter

A l’arrivée d’Elon Musk, Twitter a défrayé la chronique pour avoir licencié un grand nombre d’employés. Apparemment, et selon un nouveau procès qui a pour cible le réseau social, il y aurait eu plus de femmes blessées que d’hommes.

De plus, selon les plaignants, les revendications faites aux salariés restés après les licenciements ont également davantage nui aux femmes.

Twitter

Carolina Bernal Strifling et Willow Wren Turkal ont perdu leur emploi chez Twitter après son acquisition par Elon Musk et poursuivent la société. En effet, comme ils le prétendent, les licenciements récents ont touché les femmes de manière disproportionnée.

Les licenciements massifs d’employés sur Twitter ont eu un impact beaucoup plus important sur les femmes que sur les hommes, et de manière statistiquement très significative.

A révélé l’avocate en charge de l’affaire, Shannon Liss-Riordan.

Avocat responsable du procès contre Twitter Shannon Liss-Riordan

Shannon Liss-Riordan, avocate en charge du procès contre Twitter

Comme nous l’avions signalé à l’époque, l’arrivée d’Elon Musk a entraîné le licenciement d’environ la moitié des effectifs de Twitter. Par la suite, les salariés restants ont été alertés sur l’obligation de travailler à « haute intensité ».

Pour avancer, faire une percée sur Twitter 2.0 et réussir dans un monde de plus en plus compétitif, il va falloir être extrêmement hardcore.

Cela signifiera de longues heures à haute intensité. Seule une performance exceptionnelle constituera une note de passage.

Dit le désormais propriétaire de Twitter.

Willow Wren Turkal, l'une des femmes qui poursuit Twitter

Willow Wren Turkal, l’une des femmes qui poursuit Twitter

Le procès intenté par les deux anciens employés de Twitter allègue que ces exigences affectent également de manière disproportionnée les femmes, car elles sont « plus souvent les personnes qui s’occupent d’enfants et d’autres membres de la famille et ne peuvent pas se conformer à ces exigences ».

En chiffres, les deux salariés affirment que 57% des salariés ont été licenciés le 4 novembre de cette année, contre 47% des salariés. Pour les femmes occupant des postes liés à l’ingénierie, la différence était encore plus grande, avec 63 % de licenciements contre 48 % pour les hommes.

À voir aussi :

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :