MB WAY : le ministère public accuse 18 personnes d’utilisation frauduleuse

MB WAY: Ministério Público acusa 18 pessoas por uso fraudulento

MB WAY est la solution Multibanco qui vous permet d’effectuer des transferts instantanés, des achats en ligne et physiques, de générer des cartes virtuelles MB NET et même de retirer de l’argent via votre smartphone, tablette ou PC.

Le ministère public de Santarém a maintenant accusé 18 personnes d’utilisation frauduleuse du MB WAY.

MB WAY : le ministère public accuse 18 personnes d'utilisation frauduleuse

MB WAY : Arnaque « gagnée » 214 178,51 euros

Dix-huit personnes ont été accusées de fraude informatique et de communication, blanchiment d’argent et association de malfaiteurs pour utilisation frauduleuse de l’application MB WAY, suite à une enquête de la PJ et du Département d’Investigation et d’Action Pénale de Santarém, révèle Lusa.

Dans un communiqué, le bureau du procureur général du district de Santarém déclare qu’un acte d’accusation a été déposé pour jugement devant un tribunal collectif pour la commission de délits de fraude informatique et de communications, de délits de fraude informatique et de communications sous forme qualifiée, et de délits de contrefaçon informatique, de blanchiment de capitaux et d’association de malfaiteurs.

D’après ce qui a été dit, les personnes incriminées « ont consulté les pages internet qui répertoriaient les objets d’occasion à vendre, de là supprimant les contacts téléphoniques des annonceurs », qu’elles ont contactés, donnant des instructions leur permettant d’avoir « l’accès aux moyens de paiement de ces personnes ».

MB WAY : le ministère public accuse 18 personnes d'utilisation frauduleuse

Ensuite, « ils ont effectué des virements ou des prélèvements à leur profit ». Leur prestation leur a permis de s’approprier des sommes d’un montant total de 214 178,51 euros.

L’un des prévenus a été placé en détention provisoire, les autres faisant l’objet de mesures coercitives non privatives de liberté, précise le parquet.

Selon le député, l’enquête a été menée par la police judiciaire dans le cadre de la 2e section du département d’enquête et d’action pénale (DIAP) de Santarém.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :