L’UE se joint au Chili pour sécuriser le lithium et réduire sa dépendance à l’égard de la Chine

Lítio no Chile

L’Union européenne (UE) a signé un accord avec le Chili, qui prévoit le renouvellement du pacte de libre-échange. Pour les pays, ce pacte représente un meilleur accès à des matières premières importantes telles que le lithium et le cuivre.

L’objectif est de réduire la dépendance de l’Europe vis-à-vis de la Chine à cet égard.

Lithium au Chili

L’UE a pris conscience de sa dépendance vis-à-vis d’autres marchés, dans certains domaines, comme le gaz par exemple. Les événements récents ont montré et continuent de montrer que cette dépendance peut, à un moment donné, tourner mal. Dès lors, on voit le syndicat réfléchir à des mesures, dans le sens de le contredire.

La guerre en Ukraine a mis en évidence la nécessité de forger des alliances plus étroites avec des alliés de confiance. L’après-guerre souligne la nécessité d’accélérer la transition énergétique, de renforcer les chaînes d’approvisionnement stratégiques et de diversifier l’approvisionnement.

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission de l’économie et du commerce, a expliqué l’accord qui prévoit le renouvellement du pacte de libre-échange que l’UE a établi avec le Chili.

Notre accord modernisé peut nous aider dans tous ces domaines.

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission de l'économie et du commerce

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission de l’économie et du commerce

Ce partenariat, qui servira de modèle pour de futurs accords avec d’autres pays, doit être ratifié, car il ne sera signé que l’année prochaine. Lorsqu’il entrera en vigueur, il donnera aux pays de l’UE un meilleur accès à des matières premières stratégiquement importantes telles que le lithium et le cuivre, et leur permettra de réduire leur dépendance vis-à-vis de la Chine, qui contrôle actuellement une grande partie de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie des batteries.

En effet, les constructeurs européens s’inquiètent du net avantage des entreprises chinoises en matière de développement des véhicules électriques. Dès lors, ce partenariat, qui intervient à un moment où l’UE cherche à réduire sa dépendance dans plusieurs domaines, garantissant un approvisionnement stable en matières premières pourrait être décisif.

À voir aussi :

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :