Les entreprises ont extrait le dioxyde de carbone de l’atmosphère et l’ont piégé dans du béton.

Les entreprises ont extrait le dioxyde de carbone de l'atmosphère et l'ont piégé dans du béton.

Nous avons déjà vu ici des projets visant à éliminer à grande échelle le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Désormais, joignant l’utile à l’utile, un groupe d’entreprises annonce avoir réussi à piéger, dans du béton, le dioxyde de carbone retiré de l’atmosphère.

Les entreprises ont extrait le dioxyde de carbone de latmosphere

Le fonctionnement du monde tel que nous le connaissons a, à bien des égards, un impact très important sur l’environnement. Le dioxyde de carbone que nous émettons et qui se loge dans l’atmosphère provient de nombreuses sources, principalement créées par nous, les êtres humains. L’un d’eux est, justement, concret.

Après tout, selon The Verge, c’est le matériau le plus utilisé sur Terre, à part l’eau, et, par conséquent, c’est un élément de poids en matière de changement climatique.

Parce qu’il est si important et, en même temps, responsable d’environ trois fois plus de pollution par le dioxyde de carbone que l’aviation, le nettoyage du béton est devenu l’un des défis climatiques les plus complexes. Cette complexité, à son tour, est devenue un investissement attractif pour les entreprises attentives.

Atmosphère

Purifier l’atmosphère en emprisonnant le problème dans le béton

Face au problème du béton, certaines entreprises investissent sérieusement dans la dépollution des émissions de dioxyde de carbone résultant de la fabrication du matériau. En l’associant à une autre, l’objectif est de retirer le CO2 de l’atmosphère pour le piéger dans le béton.

La société Heirloom, basée en Californie, a été responsable de la première étape de ce processus. La technologie utilisée par elle et son partenaire, CarbonCure Technologies utilise l’oxyde de calcium du calcaire, qui agit comme une éponge pour extraire le dioxyde de carbone de l’air.

Pour l’instant, Heirloom n’a réussi à le faire qu’à petite échelle, avec une usine de démonstration à Brisbane, en Californie, et avec le soutien du fonds d’investissement de Bill Gates, Breakthrough Energy Ventures.

Repenser un processus de réallocation du dioxyde de carbone

Pour le projet de démonstration avec Heirloom, CarbonCure a injecté le dioxyde de carbone dans les eaux usées afin qu’il puisse être réutilisé pour fabriquer du nouveau béton.

Normalement, les eaux usées seraient jetées car elles sont trop réactives pour être réutilisées. Cependant, ces eaux usées ont du ciment à revendre. Le ciment, qui est l’ingrédient principal du béton, est très polluant car il est généralement chauffé à des températures très élevées, consommant beaucoup d’énergie. De plus, la réaction chimique dans le processus de fabrication du ciment génère des émissions de CO2 supplémentaires.

Les techniciens de Heirloom et de CarbonCure stockent le CO2 atmosphérique dans les eaux usées de Central Concrete Supply Company

Les techniciens de Heirloom et de CarbonCure stockent le CO2 atmosphérique dans les eaux usées de Central Concrete Supply Company

Maintenant, la clé pour fabriquer du béton d’une manière moins nocive pour l’environnement est d’utiliser moins de ciment dans le mélange. L’ajout de CO2 aux eaux usées les rend moins réactives et économise les résidus de ciment qu’elles contiennent. Ensuite, lorsque cette eau est réutilisée, ce ciment est également réutilisé. De cette façon, il n’est pas nécessaire de mettre autant de ciment frais dans le mélange de béton.

C’est à ce stade du processus qu’intervient la troisième société responsable du projet, Central Concrete Supply Company. Elle a utilisé les eaux usées traitées pour fabriquer du béton dans son usine de San Jose, en Californie.

Béton

Bien que prometteur, le projet de démonstration a utilisé moins de 38 kilogrammes de CO2 capturé, de sorte que l’échantillon est très simpliste. De plus, il n’existe pas de mesures exactes concernant la quantité d’émissions qui pourraient être évitées en réutilisant les eaux usées.

Il devrait y avoir plus d’analyses, et pour cela nous avons besoin de données accessibles au public.

A partagé Dwarak Ravikumar, professeur adjoint de génie civil et environnemental à l’Université de Waterloo.

Ainsi, les entreprises espèrent augmenter l’échelle du projet et collecter plus de données, afin de comprendre l’applicabilité concrète de cette méthode qu’elles ont développée pour capturer le CO2 de l’atmosphère et l’incorporer plus tard dans le béton.

À voir aussi :

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :

YouTube video