Le Japon se prépare à faire la paix avec le nucléaire

Central Nuclear, no Japão

Depuis la catastrophe de Fukushima, la plupart des centrales nucléaires japonaises sont à l’arrêt. Pourtant, il semble que le pays s’apprête à rejouer les cartes dans ce domaine, suivant les plans d’autres pays dans le monde.

La crise énergétique déclenchée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie perturbe effectivement les pays.

centrale nucléaire au japon

L’année 2011 a vu l’une des plus grandes catastrophes nucléaires de mémoire, à la centrale nucléaire de Fukushima, à Fukushima, au Japon. Depuis l’accident, les gouvernements se sont engagés à ne pas construire de nouveaux réacteurs ni à remplacer les anciens, par crainte d’éventuelles protestations d’une population encore sous le choc.

Centrale nucléaire de Fukushima, Japon

Incidemment, la plupart des centrales nucléaires qui existent au Japon sont à l’arrêt depuis le 11 mars 2011, lorsqu’un tsunami a détruit l’approvisionnement énergétique de Fukushima Daiichi et provoqué la fusion de trois de ses six réacteurs.

Le Japon pourrait revenir au nucléaire

Bien qu’ils aient été éloignés de l’énergie nucléaire pendant plus de 10 ans, les choses se présentent différemment. En effet, dans un changement radical de la politique énergétique du pays, le Premier ministre, Fumio Kishida, a annoncé son intention de construire des réacteurs de nouvelle génération et de réactiver les réacteurs inactifs.

Fumio Kishida, Premier ministre du Japon

Fumio Kishida, Premier ministre du Japon

La guerre en Ukraine a déclenché l’alerte pour un problème qui semblait disparaître. Ainsi, de la même manière que nous avons assisté à la prise de conscience des pays concernant la dépendance énergétique, le Japon s’est également réveillé et entend donner des cartes dans le nucléaire, afin de mettre fin à la dépendance aux énergies fossiles importées.

Cette décision du Japon, qui inclut l’allongement de la durée de vie des réacteurs existants au-delà du maximum actuel de 60 ans, est la preuve de la volonté du pays de sécuriser ses approvisionnements énergétiques. De plus, c’est un pas de plus vers la neutralité carbone, qui devrait être atteinte d’ici 2050.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :