Le DOJ veut persuader les sénateurs d’imposer la vente de TikTok à une société américaine, au lieu de l’interdire

Le DOJ veut persuader les sénateurs d'imposer la vente de TikTok à une société américaine, au lieu de l'interdire

Le ministère de la Justice (DOJ) organiserait une série de séances d’information à huis clos visant à persuader les sénateurs d’imposer la vente de TikTok à une entreprise américaine, plutôt que de l’interdire purement et simplement.

Cela fait suite au vote massif du Congrès en faveur d’une interdiction ou d’une vente forcée, alors que l’adoption par le Sénat est moins certaine…

Litige concernant la collecte de données personnelles

Parmi les trois arguments en faveur de l’interdiction de TikTok, c’est le moins convaincant qui semble retenir le plus l’attention. À savoir les données personnelles collectées par l’application.

Nous avons déjà noté que l’application collecte en réalité des données personnelles très limitées, et Bloomberg note que le propriétaire de l’application, ByteDance, avance le même argument.

La société a contesté l’affirmation selon laquelle TikTok disposant de données utilisateur telles que le nom, l’âge, le numéro de téléphone, l’e-mail, l’adresse IP et l’emplacement général équivalait à la collecte d’énormes quantités d’informations sensibles. La société a déclaré que les informations dont elle dispose sur les utilisateurs « sont régulièrement collectées par les entreprises afin de fournir un accès aux services en ligne ».

« Contrairement à certains de ses concurrents, TikTok n’exige pas que les utilisateurs divulguent leur vrai nom, ne demande pas aux utilisateurs leur emploi ou leur statut relationnel, et ne demande pas aux utilisateurs américains de divulguer leurs informations de géolocalisation précises », selon la société.

La société a également encouragé les utilisateurs de TikTok à partager leurs histoires sur les raisons pour lesquelles ils aiment l’application.

Le DOJ briefe les sénateurs pour forcer la vente de TikTok

Le même rapport de Bloomberg indique que le DOJ organise des séances d’information privées pour les sénateurs qui ne sont pas encore convaincus de la nécessité d’une interdiction. L’approche adoptée consiste à mettre l’accent sur la possibilité d’autoriser l’utilisation continue de l’application aux États-Unis, mais sous la propriété d’une société américaine.

De hauts responsables du ministère de la Justice et d’autres agences tiendront cette semaine des réunions d’information à huis clos au Sénat pour faire avancer une législation qui permettrait à TikTok de continuer à opérer aux États-Unis tout en étant séparé de son propriétaire chinois, selon des personnes proches du dossier. […]

Les efforts du ministère, dirigés par la procureure générale adjointe Lisa Monaco, visent à céder la populaire application de partage de vidéos de sa société mère chinoise ByteDance Ltd., par opposition à une interdiction pure et simple aux États-Unis, a déclaré l’une des personnes, qui a demandé à ne pas être identifié en parlant de sujets confidentiels.

Monaco et d’autres responsables de la sécurité nationale ont travaillé en coulisses avec des législateurs clés pour adopter une législation qui entraînerait la cession de TikTok et peut-être son rachat par des investisseurs américains ou une entité américaine, a déclaré la personne.

L’une des préoccupations soulevées à propos du vote de la Chambre est qu’il permettrait à TikTok d’éviter une interdiction américaine uniquement si la société était vendue dans les six mois, tandis que certains sénateurs estiment que ce calendrier est irréaliste et qu’il faudrait probablement plus de temps pour trouver un acheteur et traiter. la vente.

Photo de BoliviaInteligente sur Unsplash

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage très intéressant sur l’intelligence artificielle :

YouTube video