L’alarme a sonné ! Les gens ont une « très grande » dépendance à WhatsApp

Soou o alarme! Pessoas têm dependência "muito grande" do WhatsApp

Nous savons tous que la technologie crée une dépendance ! Après les Jeux, cela s’est accentué avec les réseaux sociaux, notamment WhatsApp. Une étude récente révèle un potentiel de dépendance « très important » à l’égard de WhatsApp.

L

WhatsApp encourage les comportements qui nécessitent une réponse immédiate

L’étude publiée ce mardi met en garde contre un potentiel « très important » de dépendance à WhatsApp, le réseau social le plus utilisé par les sondés. Selon l’étude, WhatsApp encourage les comportements nécessitant une réponse immédiate et une vérification continue des messages.

A noter que le projet de recherche baptisé « Scroll, Logo Existo » est financé par la Fondation pour la science et la technologie, en partenariat avec l’Institut des conduites addictives et des addictions. Au total, 1 704 habitants de plus de 16 ans à travers le pays ont été interrogés, dans le but d’étudier les pratiques d’utilisation des écrans et les comportements addictifs, la phase de collecte et de traitement des données se déroulant entre septembre 2022 et octobre 2023.

L

Parmi les personnes interrogées, près de 90 % ont indiqué WhatsApp comme le réseau social le plus utilisé. Le document indique que Facebook (79,4 %), Instagram (62,9 %) et YouTube (60,9 %), entre autres, « contribuent à un modèle de comportement addictif qui résulte de la nécessité de réagir à des stimuli constants (notifications) et à une culture établie. de répondre instantanément, ce qui contribue à la construction d’une logique d’interaction dépendant de l’écran ».

L’étude indique également qu’« une pratique hybride d’utilisation d’Internet se poursuit fortement dans les routines quotidiennes, confondant l’espace d’utilisation entre les engagements formels (école ou travail) et les espaces de loisirs ».

L’étude révèle cependant qu’Internet est utilisé essentiellement pour accéder au courrier électronique (90,7%) et aux activités professionnelles (84,7%). L’accès aux réseaux sociaux apparaît « seulement » en troisième position (72,4%).

L’utilisation d’Internet la moins appréciée concerne les jeux en ligne (15,7 %) ou les rencontres (1,8 %).

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage très intéressant sur l’intelligence artificielle :

YouTube video