La NASA veut créer une base lunaire imprimée en 3D, LINA

LINA da NASA na Lua

Des agences spéciales, ainsi que des entreprises privées, ont joué aux cartes dans le sens de l’exploration de la Lune et de Mars. Cette fois, la nouveauté vient de la NASA, qui compte créer une base lunaire imprimée en 3D.

Le projet LINA, qui associe la NASA et l’AI SpaceFactory, a déjà montré les premières versions des bases lunaires du futur de l’humanité sur notre satellite.

NASA LINA sur la Lune

Acronyme de Lunar Infrastructure Asset, LINA est une nouvelle mission entre la NASA et AI Space Factory et a pour objectif de développer une base lunaire avancée imprimée en 3D, pour protéger les astronautes lors de leur retour sur la Lune, par la mission Artemis.

L’agence spatiale américaine a investi dans le retour des humains sur la Lune et LINA est exactement une tentative d’étendre la civilisation au-delà de la Terre. C’est-à-dire avoir un espace dédié à l’humain sur le satellite, mais aussi un lieu durable et minimisant l’impact de la présence humaine.

NASA LINA sur la Lune

LINA fait partie de REACT, l’acronyme de Relevant Environment Additive Construction Technology, qui vise à développer des technologies de construction sur la surface lunaire.

Une conception architecturale et structurelle à grande échelle sera réalisée en fonction des conditions lunaires et des besoins de la mission Artemis. Une structure à l’échelle sera imprimée en 3D dans des environnements lunaires simulés.

Explication de la NASA.

Tel qu’il ressort de la conception du LINA, le projet répondra aux besoins humains sur la Lune : de l’étude de la topographie lunaire et d’un déploiement stratégique qui permettra d’extraire des ressources du Soleil (mais aussi des ombres permanentes du satellite ), à la possibilité d’agrandir les logements.

NASA LINA sur la Lune

LINA sera un système de structures extensibles, pouvant être une seule unité, mais aussi en donner lieu à plusieurs, aura une surface habitable de ​​75 mètres carrés, et aura une superficie de ​​90 mètres carrés dédié au reste des astronautes. Comme elle est destinée à accueillir les astronautes voyageant vers la Lune pour la prochaine décennie, la structure imprimée en 3D devrait protéger les astronautes des particules solaires, des impacts, des conditions cryogéniques pendant la nuit lunaire et des tremblements de terre.

Pour développer LINA, une zone de la Lune a été choisie dans laquelle le Soleil est quasiment omniprésent, permettant la génération d’énergie solaire.

A lire aussi :

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :