La NASA veut accélérer l’arrivée sur Mars en faisant s’écraser le vaisseau spatial sur le sol de la planète

Imagem do dispositivos SHIELD da NASA para aterrar em Marte

Ouais, ça a l’air bizarre, ça sent bizarre et… c’est bizarre. Cependant, les scientifiques de la NASA ont fait une découverte très intéressante qui pourrait ouvrir les portes à la création de systèmes moins chers et plus efficaces pour atterrir sur des planètes. Fondamentalement, il s’agit de saisir les vaisseaux et de les écraser contre le sol des planètes. Mars pourrait avoir la prochaine cible qui suit.

Ça s’appelle SHIELD et c’est une boîte très particulière, on dirait même une surprise physique !

Image des dispositifs SHIELD de la NASA atterrissant sur Mars

Il y a quelques mois, sous le soleil torride du mois d’août californien, un groupe de scientifiques du Jet Propulsion Laboratory de Caltech (JPL) a déployé l’une de ces expériences à couper le souffle. Oui, à première vue, c’est bizarre.

L’équipe a mis en place une immense tour de 27 mètres de haut, hissant une boîte conique dans laquelle un smartphone, une radio et un accéléromètre avaient été préalablement placés à l’intérieur. Tous ces objets ont été placés sur le dessus de cette boîte.

Ensuite, la boîte a été lancée et projetée avec une force brutale contre une plaque d’acier de deux pouces d’épaisseur.

1673114704 828 La NASA veut accelerer larrivee sur Mars en faisant secraser

Un résultat qui a tenu les scientifiques de la NASA éveillés la nuit

Brutal – étant donné les circonstances – semble être un adjectif tout à fait approprié.

Au cours de sa descente, le projectile particulier a atteint une vitesse de 177 kilomètres par heure et a heurté l’acier avec une force d’un million de newtons, soit à peu près l’équivalent d’un impact de 112 tonnes. Le coup a été si fort que le coffre-fort a rebondi et s’est élevé d’un mètre.

Comme on pouvait s’y attendre, la violence de l’impact a été telle que le projet a été complètement écrasé au point d’être méconnaissable. On dirait qu’on s’y attend.

Les enquêteurs ont documenté l’impact, la destruction qui en a résulté et quand ils ont réussi à l’ouvrir… SURPRISE : le smartphone, la radio et l’accéléromètre étaient intacts. La seule chose qui s’est cassée lors de l’impact était certaines pièces en plastique du boîtier lui-même.

L’essai a été un succès.

Ceux-ci ont été mentionnés par les chercheurs de la NASA lors de la célébration de l’événement.

Image SHIELD de la NASA

SHILD : Tests sur Terre avec un œil sur Mars

L’expérience était curieuse, mais ce qu’ils y avaient préparé l’était encore plus. Son but n’était pas de tester un nouvel airbag automobile, ou de pousser un alliage métallique nouvellement découvert à ses limites. Rien de cela. Ce qu’ils voulaient à Caltech, c’était tester un système d’atterrissage qui, dans un avenir pas trop lointain, pourrait nous aider à nous développer – et à le rendre moins cher – pour explorer Mars.

La boîte particulière avec laquelle les scientifiques du JPL étaient en train de bricoler s’appelle SHIELD, qui indique « Simplified High Impact Energy Landing Device ». Et c’est bien ce qu’il entend faire : offrir une alternative simple à l’atterrissage sur une surface… sans exclure la possibilité de tomber dessus.

Cela peut sembler tiré par les cheveux, mais les « atterrissages par impact » délibérés ne sonnent pas si mal pour la NASA lorsqu’il s’agit d’atterrir à la surface d’autres planètes.

La NASA a réussi à atterrir neuf fois sur Mars en utilisant des parachutes à la pointe de la technologie, d’énormes sacs gonflables et des jetpacks pour faire atterrir des engins spatiaux en toute sécurité à la surface. Maintenant, les ingénieurs testent si le moyen le plus simple d’atteindre sa surface est de s’écraser sur terre.

Fait référence à l’agence spatiale.

D’après ce qui est expliqué, l’idée semble relativement simple : au lieu de déployer un système pour ralentir la vitesse de descente, l’idée est d’utiliser un module conçu pour absorber l’énergie d’un impact. Oui, même très violent.

Le secret réside dans l’absorption de la haute énergie générée lors de la collision.

La clé de SHIELD réside dans sa configuration, une sorte de pyramide inversée composée d’anneaux métalliques conçus pour amortir les effets des impacts importants. La dynamique est plus ou moins similaire à celle d’un accordéon ou de la structure déformable d’un véhicule.

Le but ultime de la NASA dans son développement est de créer un atterrisseur qui permettra à des missions à bas coût d’atteindre la surface de la planète rouge via des atterrissages d’urgence… mais en toute sécurité.

Si vous voulez faire atterrir quelque chose de dur sur Terre, pourquoi ne pas faire l’inverse pour Mars ? Et si nous parvenons à effectuer un atterrissage brutal sur Mars, nous savons que le SHIELD pourrait fonctionner sur des planètes ou des lunes aux atmosphères plus denses.

Dit le membre de l’équipe Velibor Cormarkovic.

SHIELD offre des possibilités intéressantes pour la NASA. La première est que cela simplifierait « le processus d’entrée, de descente et d’atterrissage sur la planète rouge, le rendant moins cher.

La seconde est qu’elle élargit les options lorsqu’il s’agit de choisir un endroit dans la géographie martienne pour atterrir.

Nous pensions que nous pouvions aller dans des zones plus dangereuses où nous ne voulions pas risquer d’essayer d’atterrir un rover d’un milliard de dollars avec nos systèmes d’atterrissage actuels. Peut-être pourrions-nous même en atterrir plusieurs dans différents endroits difficiles d’accès pour construire un réseau.

Lou Giersch, chef de projet SHIELD, a expliqué.

L’équipe derrière SHIELD ne travaille pas seulement avec un horizon théorique ou dans le but de mener des expériences à Caltech. Une grande partie de sa conception est basée sur le travail effectué pour Mars Sample Return, la mission de la NASA qui cherchera à récupérer les échantillons martiens que Persévérance collecte actuellement dans des tubes métalliques hermétiques qu’elle dépose à la surface de la planète.

1673114704 902 La NASA veut accelerer larrivee sur Mars en faisant secraser

Jusqu’à présent, les tests du SHIELD sont encourageants et, avec une touche d’humour spatial, la NASA elle-même parle d’un « succès écrasant ». Les 177 km/h atteints lors de l’expérience simulent en fait la vitesse qu’un atterrisseur atteint près de la surface, après que la traînée atmosphérique l’ait ralenti à un délirant 23 335 km/h au départ.

Avec ce « coffre-fort », la NASA veut atteindre Mars en trombe… littéralement !

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :