Essai Polestar 2 : Un 100% électrique qui ne passe pas inaperçu

Imagem do elétrico Polestar 2

Le marché de la voiture électrique est rempli de nombreuses propositions qui veulent cimenter cette technologie comme l’avenir de l’automobile. Polestar croit en cet avenir et, à ce titre, a développé une voiture 100% électrique, la Polestar 2. Malgré le fait que nous connaissons déjà la Polestar 3, celle-ci ne sortira qu’en 2023. Ainsi, la star de l’entreprise est la modèle 2, qui ne laisse personne indifférent.

Après avoir parcouru plus de 700 km avec la marque électrique détenue par Volvo, filiale de Geely et dont le siège est à Göteborg en Suède, nous montrons nos impressions, nos certitudes et quelques doutes.

Image de la Polestar 2 électrique

Polestar 2… grande et mécanique !

Mi-octobre, nous sommes allés voir la Polestar 3, présentée à Copenhague. A cette époque, on nous a lancé le défi de tester la Polestar 2. Ainsi, pendant plus d’une semaine nous avons pris le tram pour vous emmener sur les lieux et profiter de circuits mixtes, entre circuits autoroutiers et urbains.

Nous avons ensuite conduit une Polestar 2 Long Range Dual Motor with Performance Pack, la version la plus puissante de cette voiture.

Image de la marque 100% électrique avec la participation de Volvo, filiale de Geely

Premières impressions

Bien que les goûts soient relatifs, ils ont été unanimes, c’est l’un des plus beaux tramways actuellement disponibles sur le marché. Sa carrosserie est imposante, des roues qui défient l’imagination et un jeu de feux qui soulignent les lignes sportives de la traction intégrale 100 % électrique.

L’une des premières impressions que nous avons eues est que la voiture est plus accrocheuse en vrai que sur les photos. L’image de la voiture sur les photos ne favorise pas la réalité du design et de l’ensemble que l’on peut apprécier en vrai. Ce qui est parfois le contraire… plusieurs fois même !

Oui, c’est en effet voyant, partout où nous sommes allés avec, personne n’était indifférent. Il a fait regarder les gens, se demander de quelle marque il s’agirait… C’est saisissant. À l’arrêt, les gens ont jeté un coup d’œil, ont touché la voiture et, avec une certaine confiance, ont posé des questions. Alors quand il s’agit de design… ce n’est pas qu’un autre !

Caractéristiques techniques

Ce véhicule dispose d’un seul moteur disponible et utilise deux moteurs électriques, un sur chaque essieu, ayant donc quatre roues motrices. Chaque moteur a 204 ch, soit un total de 408 ch et 660 Nm de couple maximum.

La batterie a une capacité de 78 kWh et fonctionne à 400 volts. Selon Polestar, pour charger la batterie de 0% à 80% il faut 40 minutes, sur un chargeur de 150 kW, ce qui est le maximum que le système admet.

Côté autonomie, la marque annonce 470 km en cycle mixte et 560 km en cycle urbain. Les bénéfices annoncés sont 205 km/h de vitesse de pointe et une accélération de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes (avec le Pack Performance il faut 4,4 secondes).

Le Pack Performance comprend des amortisseurs réglables, des roues de 20 pouces avec système de freinage Brembo.

Extérieur : suivez l’étoile polaire

Polestar ou, traduit, étoile polaire, est une marque qui veut accroitre sa signature sur le marché électrique. Avec le sceau de confiance Volvo, la marque entend suivre son propre cap en matière de design, avec, bien sûr, une coopération avec la tradition de sécurité mise en place par Volvo depuis de nombreuses années.

A ce titre, ce modèle 2 repose sur une plateforme ayant des crédits du marché, la Volvo CMA (Compact Modular Architecture) qui est utilisée dans le Volvo XC40. Et oui, en fait, il y a quelques traits que nous identifions à Volvo. Par exemple, en regardant la voiture de face, les optiques avant se démarquent immédiatement avec le design inspiré du marteau de Thor et on retrouve de nombreux composants dans l’habitacle qui sont également hérités de son homologue.

Mais… il y a quelque chose dans la Polestar 2 qui nous captive, nous interpelle et nous séduit. Peut-être parce qu’elle est différente, plus audacieuse qu’une Volvo et plus jolie !

Les lignes sportives cassent l’air lourd que pouvait apporter une voiture de plus de 4 mètres de long et presque 2 de large. L’éclairage blanc qui se détache des lignes droites rend les ombres douces, ce qui en fait un design vraiment captivant.

L’éclairage arrière, de notre point de vue, plus traditionnel, moins futuriste, mais toujours avec des traits intéressants, permet une chorégraphie de feux de détresse et d’informations dynamiques. Tout cela est facile à voir, même lors du verrouillage et du déverrouillage de la voiture… lorsque nous approchons simplement notre main de la poignée.

1669821608 118 Essai Polestar 2 Un 100 electrique qui ne passe

Oui, c’est grand, mais ce n’est pas un SUV, malgré sa « grande ». On parle d’une voiture du segment D, la 4ème catégorie des segments européens pour les voitures particulières, ce sont des voitures qualifiées de « grosses voitures ».

Sur le côté des portes il y a une indication qui nous indique qu’elle est 100% électrique, la taille de la batterie et la puissance du moteur. Bien qu’il s’agisse d’un autocollant, il indique aux plus attentifs qu’il existe des différences entre les 3 versions disponibles.

L’habitacle : toujours pas 100% électrique

Oui, l’habitacle nous montre que la plateforme utilisée n’a pas été conçue pour monter un véhicule 100% électrique. Cependant, il est spacieux à l’arrière pour que les passagers puissent voyager confortablement et à l’avant, il est qb🇧🇷 Péché un peu par l’effet cocon, la console centrale ayant un rôle quelque peu envahissant.

Il est également vrai que ce design intérieur adhère déjà davantage à ce que nous connaissons de Volvo. Mais attention, il n’y a rien de négatif là-dedans. A bord, on remarque la rigueur nordique et une ambiance plus minimaliste. Certaines touches de design donnent une image plus jeune, dynamique et technologique, avec différents matériaux et détails que le XC40 n’a pas, comme l’étoile du nord ou l’étoile polaire (Polestar), juste au-dessus de notre tête, reflétée dans la zone frontale du panoramique toit en verre.


Pour le reste, il y a des matériaux de bonne qualité, quoique toujours dans un ton plus sombre, avec la spécification Charcoal sur le volant et d’autres détails de la voiture.

Les ceintures de sécurité en édition spéciale, qui font partie du Pack Performance, ont la même couleur dorée exclusive que les étriers de frein, les amortisseurs et les bouchons de valve des pneus.

1669821609 887 Essai Polestar 2 Un 100 electrique qui ne passe

Plus en arrière, on retrouve toujours un généreux coffre à bagages d’une contenance de 405 litres. A l’avant, sous le capot, il y en a un autre (fronk), mais avec un volume plus adapté au rangement des câbles de charge.

Équipement : Élégant et minimaliste

Basée sur la plate-forme Android, la Polestar 2 dispose d’un tableau de bord entièrement numérique et d’un moniteur central placé verticalement. Il s’agit essentiellement d’une tablette Android, avec certaines limitations proposées, mais qui permet au conducteur de contrôler les aspects les plus variés de la voiture, tels que les caméras, le GPS ou même le système de filtre à air intérieur et extérieur (qui nous montre la qualité de l’air que nous respirons).

La Polestar 2 est équipée d’un système audio développé par Harman Kardon qui utilise la propre structure de la voiture pour définir les basses. Le son est bon et pendant le temps où nous roulions en électrique, la musique était parfois notre compagnie. Pas toujours parce que nous aimons le silence que nous offre la cabine.

La Polestar 2 méritait d’être connectée au CarPlay d’Apple via le sans fil, excluant ainsi le câble. Après, la voiture a le strict minimum, mais elle méritait, selon nous, un peu plus de logiciel dédié et pas avec le apparence et sensation Google, qui est un peu trop générique.

Bien sûr, l’élégance est toujours au rendez-vous, même si elle manque de fonctionnalité, ce qui existe est fait pour bien fonctionner, jusqu’aux boutons physiques qui activent et désactivent le désembuage du pare-brise.

Consommation : nécessite une conduite attentive et consciente

Si l’on regarde les valeurs partagées par la marque, cette version Long Range Dual Engine avec Performance Pack atteint une autonomie comprise entre 455 et 487 km (WLTP). Cependant, sur les 700 km que nous avons parcourus sur un parcours mixte, et il est important de mentionner qu’il était en test, jusqu’à la vitesse maximale du véhicule, nous avons atteint une consommation d’environ 23 kWh aux 100 kilomètres. En fait, plus au-dessus qu’en dessous de 23 Kwh.

A noter que nous utilisons presque toujours le système One Pedal Drive, qui nous apporte un taux de régénération important, sur tous les trajets. Une autre particularité que nous devons associer à cette consommation est que nous avons testé à plusieurs reprises les incroyables 4,4 secondes de 0 à 100 km/h que ce Pack Performance atteint.


Et oui, à 209 km/h ça coupe, y’en a plus et c’est super rapide pour y arriver. Mais, avouons-le, c’est trop de vitesse, même si à l’intérieur de la voiture on se sent en sécurité et ferme sur le volant à cette vitesse.

Au fond, conduire cette voiture nous procure des sensations bipolaires. Désormais on prend beaucoup de plaisir à rouler plus lentement, en appréciant le confort, le silence et la robustesse du véhicule, par contre, appuyer à fond sur la pédale pose notre corps contre le siège et nous procure les sensations de conduite d’une voiture de sport. .

Alors que ressentons-nous dans la Polestar 2 ?.

La Polestar 2 est une très belle voiture électrique, elle ne passe pas inaperçue et elle est sûre, très sûre. L’élégance des lignes, bien qu’elles soient minimalistes sur certains points, sert de « guide », comme s’il s’agissait d’une indication d’étoile polaire pour que la marque se concentre sur ce qui est important et laisse de côté le surplus, qui caractérise toujours les voitures à moteur thermique moteur.

La sensation de conduite est très remarquable, bien qu’il s’agisse d’une voiture avec une marge d’amélioration en termes de performances. Il consomme encore beaucoup, mais le poids de plus de 2 tonnes pourrait être l’une des principales raisons. Croyez-moi, c’est étrange au premier abord, car c’est grand, massif et exigeant en milieu urbain. Mais ensuite on s’imprègne de sa qualité, des lignes d’un design très réussi.

Image de la Polestar 2, une voiture 100 % électrique estampillée Volvo

Quand on dit ne pas passer inaperçu, c’est clairement le résultat des proportions très bien réalisées, avec une taille haute et un profil percutant dûment complété par les belles roues, en l’occurrence, de 20 pouces. La touche dorée des étriers de frein Brembo attire le regard sur ce détail. Même les bouchons de valve de pneu font « Panda » dans la touche dorée extérieure qui correspond à la touche dorée de la ceinture de sécurité intérieure.

Il ne faut pas oublier que le confort et la sécurité passent par la combinaison d’un centre de masse très bien équilibré, de disques ventilés et d’étriers en aluminium à quatre pistons qui offrent une plus grande rigidité et une réponse rapide à toute température, et les amortisseurs Öhlins DFV avancés intégrés dans le Pack Performance, qui offre une adhérence et une motricité profondément ressentie dans le style de conduite de chaque conducteur.

S’il s’agit du modèle « 2 », eh bien, quand le 3 sortira avec une plate-forme sur mesure pour une voiture électrique, alors la concurrence devra vraiment faire attention. Pour l’instant, cette voiture aura encore du mal à rivaliser avec Tesla, notamment au niveau des performances et des logiciels disponibles pour assister le conducteur.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :