Documents de l’OTAN : le ministère public a ouvert une enquête

Documentos da NATO: Ministério Público abriu um inquérito

Comme mentionné, l’état-major général des armées (EMGFA) a été la cible d’une « cyberattaque prolongée et sans précédent » qui s’est soldée par l’exfiltration de documents classifiés de l’OTAN.

Le ministère public a ouvert une enquête liée à la cyberattaque contre l’état-major général des armées qui a révélé des documents de l’OTAN.

Documents de l'OTAN : le ministère public a ouvert une enquête

OTAN : la fuite de documents est extrêmement grave

Comme l’a révélé la semaine dernière le Diário de Notícias, le gouvernement portugais a été informé de la fuite de documents de l’OTAN par les services de renseignement américains, par l’intermédiaire de l’ambassade à Lisbonne, par une communication qui aurait été faite directement au Premier ministre, António Costa, août dernier.

Le même journal mentionne que cette affaire est considérée comme « extrêmement grave » et que ce sont des cyberespions américains qui ont détecté « des centaines de documents envoyés par l’OTAN au Portugal pour être vendus sur le ‘darkweb’, classés secrets et confidentiels ».

Documents de l'OTAN : le ministère public a ouvert une enquête

Selon la loi organique de l’Office de la Sûreté Nationale, il s’agit « d’un service central de l’administration directe de l’Etat, doté d’une autonomie administrative, dépendant du Premier ministre ou du membre du Gouvernement qu’il délègue ».

L’Autorité nationale de sécurité dirige cet office « et est l’entité qui exerce exclusivement la protection, le contrôle et la sauvegarde des informations classifiées ».

Parmi les fonctions du Bureau de la sécurité nationale figure « garantir la sécurité des informations classifiées au niveau national et des organisations internationales auxquelles le Portugal est partie » et exercer « la fonction d’autorité d’accréditation des personnes physiques ou morales pour l’accès et le traitement des informations classifiées ».

L’OTAN aura demandé des explications et des garanties au gouvernement portugais et, la semaine prochaine, au nom d’António Costa, ils se rendront au siège de l’OTAN, à Bruxelles, pour une réunion de haut niveau au Bureau de la sécurité de l’OTAN, le secrétaire d’État à la Numérisation et modernisation administrative, Mário Campolargo, qui supervise le GNS, et le directeur général de ce bureau, le vice-amiral Gameiro Marques, qui est responsable de la sécurité des informations classifiées envoyées dans notre pays.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :