Artemis I subit un autre revers. Maintenant c’est un ouragan géant qui va traverser la plateforme

Imagem Artelis 1 na rota de um furacão

Après plusieurs retards, dus aux problèmes les plus variés, la mission Artemis I insiste pour ne pas quitter le sol en direction de la Lune. N’ayant pas encore la possibilité de partir en septembre, un nouveau revers se présente désormais. La fusée SLS et le vaisseau spatial Orion sont retirés de la rampe de lancement car l’ouragan IAN pourrait « tout détruire ».

Au troisième, ce n’est pas le moment. En tant que tel, bien que la NASA ait initialement insisté sur le fait de laisser le SLS et Orion sur le site de lancement, la menace a poussé les responsables à reculer.

Image Artelis 1 sur la trajectoire d'un ouragan

L’aéroport de Tampa est fermé, les routes de Floride s’effondrent avec l’évacuation (pour l’instant) de plus de 300 000 personnes, les écoles ferment. Toutes les activités de plein air ont déjà été suspendues et les travaux pour sécuriser le plus d’éléments de protection civile possible battent leur plein. L’ouragan IAN arrive en Floride !

C’est déjà le quatrième ouragan de cette saison. Selon le National Hurricane Center des États-Unis, la tempête s’intensifie près de Cuba et devrait devenir un ouragan majeur en quelques heures (catégorie 3 ou plus). À ce moment-là, les impacts commenceront dans la partie ouest de Cuba et, peu de temps après, le cyclone se dirigera vers la péninsule de Floride.

1664290804 647 Artemis I subit un autre revers Maintenant cest un ouragan

Le voyage lunaire à nouveau reporté

Comme nous l’avons suivi, la NASA prévoyait de lancer en août Artemis I. Ce sera la mission sans pilote qui sera la première étape vers le retour de l’humanité sur la Lune. Après plusieurs retards dus à des problèmes techniques, la NASA souhaitait que la mission décolle plus tard ce mois-ci. Cependant, il n’y aura plus de lancement en septembre depuis le Kennedy Space Center.

En dépit d’être « un autre ouragan », les prévisions sont très sombres. Les inondations sont considérées comme allant de soi, mais la vérité est que nous ne parlons pas d’inondations normales : selon Michael Lowry, il pourrait s’agir d’inondations comme celles qui n’ont pas été vues depuis plus de 50 ans. Dans certaines régions, des inondations de plus de trois mètres.

Alors… ce n’est pas le moment d’essayer de mettre en orbite une super machine qui coûte des millions de dollars, fait 98 mètres de haut et pèse 2 608 tonnes.

A quel point technique en est Artemis I ?

Selon les informations, les nouvelles sont positives concernant la résolution des problèmes techniques. Apparemment, la NASA a maintenant réussi à résoudre les problèmes d’approvisionnement qui ont forcé l’annulation des lancements précédents. La semaine dernière, ils ont apparemment terminé un autre test sans problèmes majeurs. En revanche, les retards s’accumulent.

Le programme Artemis est un immense casse-tête technologique, logistique et aérospatial. On ne peut pas faire un pas sans avoir fait le précédent, et à chaque retard, le lancement d’Artemis III (celui qui emmènera « la première femme et le prochain homme » sur la lune) accumule de plus en plus de retards. L’intérêt de la Chine à lancer sa propre mission habitée écarte bien sûr la possibilité d’annuler Artemis.

Après tout, il y a beaucoup de défis géopolitiques impliqués. Mais les coûts augmentent, les rendements sont retardés et l’illusion en souffre.


Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :