Alzheimer n’est peut-être pas une maladie du cerveau, selon un expert

Cérebro

C’est un sujet complexe et les scientifiques tentent de l’explorer depuis des années. Aujourd’hui, un expert a ressenti le besoin d’explorer une approche différente et, après 30 ans de recherche, suggère que la maladie d’Alzheimer n’est peut-être pas une maladie du cerveau.

Cerveau

C’est peut-être une question que beaucoup de gens se posent sur de nombreuses maladies, compte tenu de la puissance scientifique et des connaissances dont nous disposons aujourd’hui. Et c’est aussi une question qui préoccupe Donald Weaver, professeur de chimie et directeur du Krembil Research Institute, University Health Network, University of Toronto :

Alors que des millions de personnes ont besoin d’un traitement efficace, pourquoi les chercheurs fulminent-ils toujours dans leur recherche d’un remède pour ce qui est sans doute l’une des maladies les plus importantes auxquelles l’humanité est confrontée ?

Selon lui, les scientifiques sont entrés dans une « sorte d’ornière intellectuelle qui se concentre presque exclusivement » sur une approche particulière, négligeant ou ignorant d’autres explications possibles. L’approche à laquelle le professeur fait référence vise à empêcher la formation de grappes d’une protéine qui endommage le cerveau et qui s’appelle bêta-amyloïde.

Donald Weaver, professeur de chimie et directeur du Krembil Research Institute, University Health Network, University of Toronto

Donald Weaver, professeur de chimie et directeur du Krembil Research Institute, University Health Network, University of Toronto

Considérant que cette approche ne s’est pas traduite par un médicament ou un traitement réellement utile, l’équipe de Donald Weaver construit une nouvelle théorie sur la maladie d’Alzheimer.

Sur la base de nos 30 dernières années de recherche, nous ne pensons plus à la maladie d’Alzheimer comme étant principalement une maladie du cerveau. Au contraire, nous croyons que la maladie d’Alzheimer est principalement un trouble du système immunitaire dans le cerveau.

L’équipe théorise que la maladie d’Alzheimer est un trouble du système immunitaire du cerveau

Le système immunitaire n’est rien de plus qu’un ensemble de cellules et de molécules qui travaillent en harmonie pour aider à corriger les blessures et protéger les organes des envahisseurs.

Par conséquent, comme pour les autres organes du corps, lorsqu’il y a une blessure à la tête, le système immunitaire du cerveau cherche à aider à la réparer. Et, « lorsque des bactéries sont présentes dans le cerveau, le système immunitaire est là pour les combattre ».

Image représentative d'un cerveau

Les chercheurs théorisent que la bêta-amyloïde n’est pas une protéine produite de manière anormale, mais plutôt une molécule naturelle qui fait partie du système immunitaire du cerveau, « elle est censée être là ». Par conséquent, lorsqu’un traumatisme cérébral survient ou que le cerveau reçoit des bactéries, la bêta-amyloïde contribue à la réponse immunitaire.

Ce que l’équipe de Donald Weaver pense qu’il se passe après cela, c’est un dysfonctionnement de la bêta-amyloïde :

En raison des similitudes frappantes entre les molécules grasses qui composent les membranes bactériennes et cérébrales, la bêta-amyloïde ne peut pas faire la distinction entre les bactéries envahissantes et les cellules cérébrales hôtes, attaquant par erreur les cellules cérébrales mêmes dans lesquelles elle est censée se trouver. pour protéger.

Cette confusion entraîne une perte chronique et progressive de la fonction des cellules cérébrales et aboutit à la démence – « tout cela parce que le système immunitaire de notre corps ne peut pas faire la différence entre les bactéries et les cellules cérébrales ».

Cerveau

Le professeur Donald Weaver explique, dans The Conversation, que, parce qu’il s’agit d’une attaque malavisée du système immunitaire du cerveau sur l’organe lui-même, la maladie d’Alzheimer est considérée comme auto-immune.

Le cerveau est un organe très spécial et distinctif, reconnu comme la structure la plus complexe de l’Univers. Dans notre modèle d’Alzheimer, la bêta-amyloïde aide à protéger et à renforcer notre système immunitaire, mais malheureusement, elle joue également un rôle central dans le processus auto-immun qui, selon nous, peut conduire au développement de la maladie d’Alzheimer.

Donald Weaver a conclu en expliquant que si les médicaments conventionnels conçus pour traiter les maladies auto-immunes ne fonctionnent pas contre la maladie d’Alzheimer, « le ciblage d’autres voies immunorégulatrices dans le cerveau conduira à des approches nouvelles et efficaces pour traiter la maladie ».

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage très intéressant sur l’intelligence artificielle :

YouTube video