Quatrième fuite de gaz détectée sur Nord Stream ! L’OTAN menace…

Quarta fuga de gás detetada no Nord Stream! NATO ameaça...

Comme nous l’avons déjà mentionné récemment, le gazoduc qui transporte le gaz naturel à travers la mer Baltique, connu sous le nom de Nord Stream, a été « attaqué ». La Suède a initialement détecté deux explosions sous-marines, « probablement dues à des détonations », à proximité de l’endroit où des fuites ont été détectées dans des pipelines transportant du gaz russe vers l’Europe.

Avec la détection d’une quatrième fuite, l’OTAN menace d’intervenir.

Quatrième fuite de gaz détectée sur Nord Stream !  L'OTAN menace...

La Suède détecte une nouvelle fuite dans le gazoduc Nord Stream

Les pays membres de l’OTAN ont exprimé aujourd’hui leur profonde inquiétude face aux dommages causés aux gazoducs Nord Stream dans la mer Baltique et ont averti que « toute attaque délibérée contre des infrastructures alliées critiques » méritera une « réponse unie et déterminée ».

Il convient de rappeler que les autorités danoises et suédoises ont détecté des fuites dans le gazoduc Nord Stream 1, que la Russie a fermé début septembre, et dans le gazoduc Nord Stream 2, qui n’a jamais été mis en service faute d’autorisation d’Allemagne, suite à l’invasion russe d’Ukraine.

Bien qu’ils ne soient pas opérationnels, les deux pipelines étaient remplis de gaz. Plus récemment, la Suède a détecté et signalé une quatrième fuite.

Quatrième fuite de gaz détectée sur Nord Stream !  L'OTAN menace...

Dans un communiqué publié à Bruxelles, le Conseil de l’Atlantique Nord, principal organe de décision politique de l’organisation de l’Otan, commence par souligner que « les dommages causés aux gazoducs dans les eaux internationales de la mer Baltique sont un sujet de profonde préoccupation ». et souligne que « toutes les informations actuellement disponibles indiquent qu’elles sont le résultat d’actes de sabotage délibérés, imprudents et irresponsables.

Les fuites provoquent d’importants raz-de-marée à la surface de l’eau, s’étendant sur plusieurs centaines de mètres, rendant impossible une inspection immédiate des structures, ont indiqué des responsables.

La Suède, le Danemark, l’Allemagne, l’Union européenne (UE) et l’OTAN allèguent que les fuites du Nord Stream ont été causées par un « acte intentionnel » et un « sabotage ».

Le premier Nord Stream, capable de pomper 55 milliards de mètres cubes de gaz par an, a été arrêté après que la Russie a allégué une fuite de pétrole dans la seule station de compression russe encore en activité.

Nord Stream 2, en revanche, n’a jamais été mis en service en raison du blocus des infrastructures par Berlin, avant même le début de l’invasion russe de l’Ukraine en février.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :