La NASA aura besoin d’un miracle pour réparer la sonde Voyager 1 défaillante

NASA will need a miracle to fix glitched Voyager 1 probe

En un mot: L’objet fabriqué par l’homme le plus éloigné de la Terre est sous assistance respiratoire à la suite d’un problème informatique survenu à la fin de l’année dernière qui risque de mettre fin à la mission. À la mi-novembre, la sonde spatiale vieille de près de 50 ans a perdu la capacité de renvoyer des données télémétriques cruciales aux ingénieurs ici sur Terre. Sans ces informations précieuses, les spécialistes des commandes de vol n’ont aucune idée du fonctionnement des systèmes de puissance, de contrôle ou de propulsion de l’engin.

Dans l’état actuel des choses, Voyager I continue de foncer vers l’inconnu à 38 000 mph. Il s’agit de l’un des deux engins opérant dans l’espace interstellaire, l’autre étant son jumeau, Voyager 2, qui a quitté la Terre 16 jours avant Voyager 1 en 1977.

La NASA a déclaré que les problèmes du Voyager I sont liés à son sous-système de données de vol (FDS), qui collecte des informations provenant des divers instruments et capteurs scientifiques de l’engin et les regroupe dans un seul package pour les transmettre à la Terre. En novembre dernier, les paquets de données ont commencé à contenir un motif répété de zéros et de uns.

Les ingénieurs pensent qu’il s’agit d’un problème de synchronisation d’images provenant d’une mémoire corrompue dans le FDS, mais sans données télémétriques appropriées, il est très difficile de localiser l’emplacement de la mauvaise mémoire.

La NASA aura besoin dun miracle pour reparer la sonde

Suzanne Dodd, chef de projet Voyager au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, a déclaré à Ars Technica qu’ils n’avaient pas encore abandonné. Il y a d’autres choses qu’ils peuvent essayer, a-t-elle déclaré, ajoutant que ce serait un miracle s’ils pouvaient récupérer la sonde. C’est le problème le plus grave auquel Dodd ait dû faire face depuis qu’il est chef de projet, a-t-elle noté.

Une technique que la NASA envisage d’essayer consiste à faire basculer le FDS dans différents modes, comme celui qu’elle a utilisé lors de son survol de Jupiter en 1979 et de Saturne l’année suivante. L’idée est qu’un mode différent pourrait peut-être aider à isoler la mémoire défectueuse. C’est risqué étant donné que Voyager 1 n’a pas utilisé ces modes depuis plus de 40 ans, mais à ce stade, c’est une question de risque par rapport à la récompense. Lorsque vous êtes épuisé par les autres options, en vain, tout vaut la peine d’être essayé.

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage très intéressant sur l’intelligence artificielle :

YouTube video