Apple lance un appel de dernière minute au DOJ pour qu’il ne intente pas de poursuite antitrust aux États-Unis

Apple lance un appel de dernière minute au DOJ pour qu'il ne intente pas de poursuite antitrust aux États-Unis

Les avocats d’Apple auraient rencontré le ministère de la Justice la semaine dernière pour plaider à la dernière minute afin que l’agence ne intente pas de poursuite antitrust aux États-Unis contre l’entreprise.

Ni Apple ni le DOJ n’ont commenté la réunion, qui fait suite à l’accusation du fabricant d’iPhone de « conformité malveillante » dans sa réponse à la fois à la décision de la Cour suprême sur l’App Store et à la législation antitrust européenne qui entrera en vigueur le mois prochain…

Poursuite antitrust potentielle aux États-Unis

Un procès aux États-Unis et une nouvelle législation en Europe ont laissé Apple confronté à un besoin similaire d’autoriser la vente d’applications iOS en dehors de son propre App Store. Voici votre aide-mémoire rapide sur l’histoire américaine jusqu’à présent :

  • Epic Games a introduit son propre système de paiement intégré sur iPhone
  • Cela contournait l’App Store et refusait à Apple sa commission de 30 %
  • Il s’agissait d’une violation flagrante des termes et conditions de l’App Store
  • Apple a répondu en excluant l’entreprise de l’App Store
  • Les deux sociétés ont saisi la justice
  • Le tribunal a déclaré à Epic que non, Apple n’exploitait pas de monopole
  • Le tribunal a déclaré à Apple que oui, il devait autoriser la vente d’applications en dehors de l’App Store
  • Les deux parties ont fait appel des parties du jugement qui ne leur plaisaient pas
  • La Cour suprême des États-Unis a refusé d’entendre l’un ou l’autre appel

Cette décision signifiait que les décisions de justice initiales étaient maintenues, et Apple a répondu en annonçant que, bien sûr, il autoriserait la vente d’applications tierces – mais il facturerait toujours une commission de 27 % sur celles-ci (et 12 % au lieu de 15 % pour les petits développeurs). ).

Cette réponse a été décrite comme une « conformité malveillante », car Apple obtiendrait essentiellement exactement la même réduction nette des ventes d’applications après environ 3 % de frais de transaction, qu’ils soient effectués ou non via l’App Store.

Cela semble susceptible de provoquer une nouvelle législation antitrust américaine et de renforcer les arguments du DOJ en faveur de l’ouverture de poursuites judiciaires contre Apple.

Bloomberg rapporte que des « représentants » d’Apple (lire : avocats) ont rencontré la semaine dernière de hauts responsables du DOJ pour leur demander de ne pas agir.

Les représentants d’Apple Inc. ont rencontré le ministère de la Justice la semaine dernière dans le but ultime de persuader l’agence de ne pas intenter de poursuite antitrust contre l’entreprise, selon des personnes proches du dossier.

La société et ses avocats ont rencontré le procureur général adjoint Jonathan Kanter, qui prendra la décision finale quant à l’opportunité d’intenter une action en justice, ont indiqué les sources, qui ont demandé à ne pas être identifiées, à propos de cette réunion confidentielle.

De tels plaidoyers sont connus par les avocats sous le nom de réunions de « Je vous salue Marie » ou de « derniers rites », avec une issue positive peu probable.

Décision attendue d’ici quelques semaines

Le DOJ devrait annoncer sa décision prochainement, des sources de Bloomberg indiquant que ce sera d’ici la fin mars.

Si le DOJ décide d’aller de l’avant, il est probable qu’un ou plusieurs procureurs généraux des États américains ajouteront leur poids à l’affaire, la Californie indiquant son intérêt à le faire.

Le procureur général de Californie, Rob Bonta, a déclaré que l’État était en contact avec le ministère de la Justice au sujet de cette affaire potentielle et qu’il pourrait se joindre à une éventuelle plainte.

« Nous sommes très intéressés » par une éventuelle adhésion, a déclaré Bonta. « Nous sommes très conscients de l’intérêt du gouvernement fédéral pour Apple. Nous sommes également intéressés, et cela correspond tout à fait à notre stratégie globale dans le secteur technologique.

L’UE est également susceptible d’annoncer son propre verdict sur le plan très similaire d’Apple visant à se conformer à la loi sur les marchés numériques. Les régulateurs se disent prêts à « prendre des mesures énergiques » s’ils décident que l’approche d’Apple n’est pas acceptable, et il semble presque certain que l’affaire aboutira devant les tribunaux.

Photo de Headway sur Unsplash

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage très intéressant sur l’intelligence artificielle :

YouTube video