Amnesty International affirme que Meta a causé la mort de plus de 25 000 personnes

Amnistia Internacional escreve sobre o Rohingya e a Meta

Meta est constamment sous surveillance et ce qui se passe sur le réseau social est signalé comme relevant de votre responsabilité. Cette fois, l’allégation vient d’Amnesty International, qui accuse l’entreprise d’avoir contribué à la mort de plus de 25 000 personnes.

Du point de vue de l’organisation, l’entreprise doit être tenue responsable.

Amnesty International écrit sur les Rohingyas et Meta

Un nouveau rapport préparé par Amnesty International et publié cette semaine détaille méticuleusement les atrocités commises contre le peuple Rohingya par les forces de sécurité du Myanmar, un pays d’Asie de l’Est. L’organisation estime que, depuis 2017, il y a eu 25 000 victimes.

Intitulé The Social Atrocity: Meta and the Right to Remedy for the Rohingya, le rapport décrit un ensemble d’atteintes aux droits humains perpétrées contre le peuple rohingya du Myanmar au cours des cinq dernières années. Dans le document de 74 pages, Amnesty International mentionne le rôle de Meta dans la catastrophe humanitaire.

Amnesty International pointe du doigt le Goal

Amnesty International a conclu que l’entreprise technologique avait apporté une contribution substantielle, car le rapport note que les « algorithmes de formation de contenu » de Facebook ont ​​directement alimenté les meurtres et autres abus. En outre, l’organisation affirme que Meta a profité de la vague de contenus controversés et haineux qui a aidé le gouvernement du Myanmar à préparer le terrain Rohingya.

La diffusion massive de messages incitant à la haine, incitant à la violence et à la discrimination contre les Rohingyas, ainsi que d’autres contenus anti-Rohingyas inhumains et discriminatoires, a déclenché une discrimination de longue date et accru considérablement le risque d’une flambée de violence de masse. .

Réclamé l’organisation.

1664569204 669 Amnesty International affirme que Meta a cause la mort de

En 2016, les forces de sécurité du Myanmar ont lancé une série de répressions à Rakhine, le quartier le plus pauvre du pays. À cette époque, des violations généralisées des droits de l’homme telles que des meurtres, des passages à tabac, des arrestations, des viols et l’esclavage ont été documentées. Les meurtres, par exemple, ont augmenté début 2017, provoquant une série de contre-attaques.

Le rapport, maintenant publié par Amnesty International, documente le rôle des médias sociaux, en particulier Facebook, dans la diffusion de contenu, qui, selon eux, a aidé les nationalistes extrémistes à persécuter et à déshumaniser le peuple rohingya.

Nous vivions ensemble pacifiquement aux côtés d’autres groupes ethniques au Myanmar. Ses intentions étaient bonnes pour les Rohingyas, mais le gouvernement était contre nous. Le public avait l’habitude de suivre leurs chefs religieux, alors lorsque les chefs religieux et le gouvernement ont commencé à diffuser des discours de haine sur Facebook, les esprits ont changé.

Il a partagé avec Amnesty International, Mohamed Ayas, un enseignant rohingya.

Objectif

Pour sa part, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a révélé que « dans les mois et les années qui ont précédé les atrocités, les algorithmes de Facebook ont ​​intensifié une tempête de haine contre les Rohingyas qui a contribué à la violence dans le monde réel ». De l’avis du secrétaire général, alors que les crimes étaient commis, Meta profitait de la haine que ses algorithmes alimentaient.

Comme le soutient Callamard, Meta doit être tenu pour responsable et doit indemniser « tous ceux qui ont subi les conséquences violentes de leurs actes imprudents ».

A lire aussi :

Envie de vous détendre un peu ? Voici un reportage sur l’intelligence artificielle :